Prête pour 2019?


Au début, 2018 était cauchemardesque.

Je vais vous avouer une chose.

En ce moment, Je vous raconte mon plus grand secret.

Après mon accouchement en août 2017, j’ai vécu l’enfer. Un enfer invisible. Dans ma tête.

Je ne l’avais pas compris tout de suite, j’allais mal et je n’arrivais pas à le croire. Je refusais de l’accepter, mais aussi je ne comprenais pas ce qui se passait. Je ne l’ai toujours pas compris d’ailleurs. Mais je me suis battue et j’ai pris le dessus.

Il y a de ces expériences qui nous révèlent à nous-mêmes, d’autres nous inventent, nous brisent ou nous améliorent. Nous ne choisissons pas nos marques, les évènements nous marquent à leur manière et il revient à nous de les accepter comme ils viennent ou de les changer en notre faveur.

Les 6 mois qui ont suivi mon accouchement ont voulu me transformer en une autre. Une version de moi pitoyable et triste. Il ont créés le chaos dans ma tête. Je sentais tout le temps un tourbillon bruyant résonner en moi, C’était un peu comme si mon âme était mis de coté, et je regardais mon corps impuissant avancer sans vie. Je n’arrivais pas réfléchir, trop de bruits. Je ne pouvais rien organiser, planifier, dans ma tête tout devenais confus d’un instant à l’autre. J’étais perturbée et cela me faisait souffrir. Je fondais en larmes devant ma souffrance et la perte de ma raison. C’était mon instant de folie. Qui sommes-nous sans notre raison? Cette capacité de raisonner qui nous rend humain, j’étais en train de la perdre. Et personne ne pouvais le voir. je perdais la boule et c’était un secret.

Entre mes larmes la nuit, j’ai eu le réflexe ou l’instinct de survie de taper ce que je ressens sur google en une phrase. Je ne pouvais en parler sincèrement autour de moi, ou quand j’essayais de l’expliquer, j’ai lu tellement d’ incompréhension que je renonçais. J’ai eu peur qu’on comprenne que je deviens folle.

« Maman pertubée après son accouchement » ai-je crié à google et je suis tombée sur un forum ou je me rendais enfin compte que je n’étais pas la seule.

Je reprenais un peu d’espoir en lisant ces conversations entre des femmes que je ne connaissais pas , mais qui étaient en train de me remonter le moral avec leurs histoires déprimantes. Car, je comprenais enfin que d’autres corps débloquent comme le mien, d’autres cerveaux savaient aussi se réduire en bouillie, ce n’était pas normal…mais je n’étais pas la seule. Si vous saviez comment cela peut tout changer.

J’ai donc pris des conseils donnés à ces jeunes mamans…Pas de psychologue pour moi…mais j’ai découvert et j’ai expérimenté la méditation. Je me suis intéressée et je me suis initiée au Yoga. J’ai découvert et je me suis abonnée à des chaînes YouTube qui me fournissait des séances incroyables de méditation. J’allais mieux, petit à petit et je ne me rappelle pas même pas du moment où je me suis dit: ça y est! Je suis guérie! Parce que ce n’était pas une médecine et je ne prenais pas de médicaments…mais j’avais une plaie et des cœurs aimant me l’ont pansé via le partage simple de leur expériences, leur expertise.

Et puis, je me suis relevée avec l’idée qu’il fallait faire quelque chose pour me secouer. Qu’il fallait que je me vienne en aide. Et c’est ce que j’ai fait en créant le concept de Social Brunch . Je me suis forcée à l’action, j’ordonnais à mon esprit de se poser, de réfléchir, de planifier, d’organiser. J’ai eu la chance d’avoir une amie bien réelle cette fois pour embrasser ce projet avec moi. A deux, on l’a endossé…j’avais retrouver le goût à la vie. Organiser des évènements à toujours été une source de motivation pour moi, et le succès de notre projet , Youseline et moi, (La vidéo, ici) m’en a offert une belle dose. J’aurais été bête de ne pas essayer. J’aurais été folle d’abandonner.

Ce que m’as appris 2018?

Que les obstacles sont fait pour être surmontés.

Que les angoisses peuvent être calmées.

Que la fin se réside dans notre refus d’essayer à nouveau.

Que les solutions peuvent être loin, mais que nous devons aller à leur rencontre.

Que quand il ne reste plus d’espoir, nous pouvons le créer.

Mais surtout de ne jamais arrêter de partager ce qu’on a, ce qu’on sait, ce qu’on peut.

Le peu que tu donnes à autrui peut justement est la seule chose dont elle a besoin pour sauver sa vie.

Et puis, d’arrêter les jugements. Nous ne pouvons pas savoir le nombre de plaies cachées derrière une photo , un sourire, une pose, une action…

De respecter le choix des autres d’exercer telles pratiques, d’avoir ces opinions là….

D’accepter la diversité de ce monde et de contribuer comme nous le pouvons à le nourrir d’amour et de meilleures ondes.

J’ai appris mes leçons et je suis prête à recommencer en 2019. Je suis prête à chérir cette vie en moi et de tout faire pour la protéger et la rendre meilleure.

J’espère que mon article vous aidera de la manière dont vous l’aurez le plus besoin.

Et Vous? Qu’est-ce que 2018 vous aura appris?

J’aimerais beaucoup le savoir…laissez moi vos réponses en commentaires les cœurs! Gros gros bisous et merci d’avoir lu!

P.S.: Si je ne reviens pas ici à temps pour vous souhaiter un joyeux noël, car je compte bien le faire dans les normes, alors c’est dit JOYEUX NOEL les amours!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s