Publicités

Fête des mères,coups de blues…

Publié par Shoomeatove le

 » La fête des mères, tous les derniers dimanche du moi de Mai. Je subis la joie, l’émotion et l’euphorie autour de moi comme un affront, un affront à ma féminité. J’ai un ennemi, et il met un point d’honneur à toujours gagner la bataille. Cela dure 5 ou 6 ans environ, mon cri ne sort jamais bien loin: Il faudrait que cela cesse, cessez le feu! Mais mon cri ne parvient jamais dans les tréfonds qui donnent la vie.  »

Mon histoire n’est pas unique. Elle est plûtot familière à beaucoup d’autres femmes. Nous sommes un bon nombre à ne pas nous rejouir pleinement de cette fête autour de la reconnaissance et de l’amour. La joie ne nous saisit pas dans les tripes. Mais nous pouvons imaginer ce bonheur. Quelle prétention! Comment pouvons-nous imaginer une situation dans laquelle nous ne nous sommes jamais retrouvées? Ce bonheur est si personnel, relié par un cordon ombilical unique, une chose qui nous est inconnue. Alors, nous n’en savons rien, nous ne savons rien du bonheur d’être maman.

 

Femme-Solitude-Computer-Internet-Social-Media-500x215

 » Il faut de tout pour faire un monde, il me faut TOI pour faire le mien  » Auteur Inconnu

 

Ce que nous savons bien en revanche, ce nous comprenons le mieux,c’est ce désir. Le désir de porter la vie, de donner la vie. Ce que nous comprenons, c’est ce vide dans notre ventre. C’est cet appel qui ne reçoit jamais de réponse. Nul besoin d’imaginer à cet stade, nous savons! Nous vivons le vide, le silence…aucun bruit ne nous parvient, aucun son doux …comme MAMAN!

Pour avoir aimé une mère, on a vécu le plus grand amour du monde, mais pour ne pas être mère à notre tour, on pleure le grand amour, le vrai. On espère les calins, les témoignages d’affection, les immenses sacrifices, les larmes de l’amour à sécher, les confidences à recevoir, les corrections à donner, les bobos à calmer, les angoisses des malheureux jours…on voudrait vivre!

Mais l’ennemi, cette conséquence d’une maladie, cet effet secondaire, cette infertilité, ce refus catégorique de l’autre, l’autre qu’on attend désespérément…l’ennemi victorieux se fiche qu’on soit prête, qu’on se sent capable, qu’on a l’envie qui nous ronge.

Parce qu’il y a les mères, mais aussi le désir d’être mère.

Photos: Google.com

Publicités

Shoomeatove

Meem Shoomeatove a une formation en Journalisme/Communication-Marketing/Management. Une passionnée de photographie et d'infographie, elle s’intéresse aussi à l'écriture. Ex Animatrice de l' émission radiophonique ''Le Coach Magazine'' sur RFM 104.9/ www.rfmhaiti.com , elle est aussi organisatrice d'évènements socio-culturels. Depuis août 2017, elle endosse un nouveau rôle dans sa vie: maman d'une petite fille! Elle la surnomme '' Boule de joie''. Bienvenue dans son univers entier!

2 commentaires

Same · 30 mai 2016 à 16 h 00 min

C’est article me rappelle un temps, ce temps la, je pleurais, j’etais triste c’etait tropas sur, mais je n’avais pas perdu espoir, je me suis battue, oui comme une lionne, j’ai fait trop meme et le docteur etait tombe des nues le jour de mon controle de routine parce que finalement j’allais connaitre cette joie. Ca n’a pas ete facile et jusqu’a present ca ne l’est país mais cette douleur cette absence ce besoin je l’ai connu c’est pourquoi ces mote me touchent autant… Definitivement tu es une source inepuisable dans l’art d’ecrire Shoomea, continue a le faire, parle pour ceux et celles qui en le font pas mais qui se retrouvent a travers tes mots. Felicitations ma belleza…

    Shoomeatove · 30 mai 2016 à 19 h 33 min

    Oh Same, ton temoignage me va droit au coeur. Merci de ton soutien et je me rejouis vraiment de ta victoire sur l’ennemi! Gros calins!

Laisser un commentaire

Select your currency
USD Dollar américain
%d blogueurs aiment cette page :